• La technologie
  • Équipement électrique
  • Autres
  • industrie-des-matériaux
  • Politique de confidentialité
  • À propos de nous
  • Nous contacter
Emplacement: Accueil / La technologie / Open Text Corporation (OTEX) Transcription de l'appel sur les résultats du quatrième trimestre 2021

Open Text Corporation (OTEX) Transcription de l'appel sur les résultats du quatrième trimestre 2021

Plateforme de services à guichet unique |
458

Source de l'image : L'imbécile hétéroclite.

Société de texte ouvert

(

NASDAQ : OTEX

)

Appel des résultats du quatrième trimestre 2021

5 août 2021

,

17 h HE

Contenu:

Remarques préparées

Questions et réponses

Appeler les participants

Remarques préparées :

Opérateur

Merci d'être là. Il s'agit de l'opérateur de conférence. Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du quatrième trimestre et de l'exercice 2021 d'OpenText Corporation. [Instructions de l'opérateur]

J'aimerais céder la parole à Harry Blount, vice-président principal, Relations avec les investisseurs. S'il vous plaît, allez-y, monsieur.

Harry E. Blount

--

Vice-président principal, responsable mondial des relations avec les investisseurs

Merci, opérateur, et bon après-midi à tous. L'appel d'aujourd'hui est le PDG d'OpenText et le directeur de la technologie, Mark J. Barrenechea; et notre vice-président exécutif et directeur financier, Madhu Ranganathan. Nous avons quelques remarques préparées, qui seront suivies d'une session de questions-réponses. Cet appel durera environ 60 minutes avec une rediffusion disponible peu de temps après. J'aimerais prendre un moment et diriger les investisseurs vers la section Relations avec les investisseurs de notre site Web, investisseurs.opentext.com, où nous avons publié notre présentation consolidée aux investisseurs qui complétera nos remarques préparées aujourd'hui. La présentation comprend des informations et des données financières spécifiques à nos résultats trimestriels, notamment nos facteurs trimestriels mis à jour à la page neuf ainsi qu'un aperçu stratégique.

J'ai le plaisir d'annoncer que la direction d'OpenText participera aux prochaines conférences suivantes : la conférence Oppenheimer sur la technologie, l'Internet et les communications le 10 août ; le Sommet technologique BMO le 25 août; la conférence technologique de la Deutsche Bank le 10 septembre ; la Citibank Global Technology Conference le 14 septembre ; et la Jefferies Software Conference le 15 septembre. Nous sommes impatients de rencontrer virtuellement des investisseurs dans les semaines à venir. Je vais maintenant procéder à la lecture de notre déclaration de sphère de sécurité. Veuillez noter qu'au cours de cette conférence téléphonique, nous pouvons faire des déclarations concernant les performances futures d'OpenText qui contiennent des informations prospectives. Bien que ces déclarations prospectives représentent notre jugement actuel, les résultats réels pourraient différer sensiblement d'une conclusion, prévision ou projection dans les déclarations prospectives faites aujourd'hui. Certains facteurs et hypothèses importants ont été appliqués pour établir une telle déclaration.

Des informations supplémentaires sur les facteurs importants qui pourraient faire différer sensiblement les résultats réels d'une conclusion, prévision ou projection dans les informations prospectives ainsi que les facteurs de risque, y compris en ce qui concerne la pandémie mondiale actuelle qui peut projeter les résultats de performance futurs d'OpenText, sont contenus dans les récents formulaires 10-K et 10-Q d'OpenText ainsi que dans notre communiqué de presse qui a été distribué plus tôt cet après-midi, qui peut être consulté sur notre site Web. Nous n'assumons aucune obligation de mettre à jour ces déclarations prospectives à moins que la loi ne l'y oblige. En outre, notre conférence téléphonique peut inclure des discussions sur certaines mesures financières non conformes aux PCGR et des rapprochements de toutes les mesures financières non conformes aux PCGR avec leurs mesures PCGR les plus directement comparables peuvent être trouvés dans nos documents publics et autres documents, qui sont disponibles sur notre site Web.

Et sur ce, je suis ravi de passer l'appel à Mark.

Mark J. Barrenechea

--

Vice-président, chef de la direction et chef de la technologie

Merci, Harry. Bonjour à tous et merci d'avoir participé à l'appel d'aujourd'hui. Je suis ravi de nos progrès. Nous sommes à l'offensive, et laissez-moi vous guider. Tout au long de l'exercice '21, j'ai parlé de la réouverture de l'économie, d'un nombre croissant de pousses vertes dans notre entreprise et d'OpenText étant à l'offensive. Nos incroyables résultats du quatrième trimestre et de l'année fiscale 21 sont une autre preuve de l'OpenText du futur. Nous avons doublé la société au cours des sept dernières années pour atteindre un chiffre d'affaires de 3,39 milliards de dollars et un EBITDA ajusté de 1,3 milliard de dollars, nous pouvons à nouveau doubler OpenText au cours des cinq à sept prochaines années. Nous avons la vision, le marché, les produits, le talent, le modèle commercial et le moteur de génération de capital pour doubler à nouveau. Je suis tellement fier de mes collègues d'OpenText pour leur dévouement incroyable, leur travail intelligent et acharné. J'ai dit que nous étions prêts pour tous les scénarios il y a quelques appels, et ce ne sont pas que des mots. C'était de l'action, comme en témoignent nos résultats annoncés aujourd'hui. Nous sommes revenus à la croissance organique, et la croissance organique est là pour rester.

La société se concentre sur l'accélération de notre taux de croissance organique, et vous le verrez dans nos ambitions 2024 avec notre aspiration à atteindre une croissance organique totale du chiffre d'affaires jusqu'à 4 %. Ce taux de croissance organique de 4 % est sans acquisitions. Nous avons également l'intention de continuer à acquérir intelligemment et stratégiquement en tant que moteur de la croissance organique future afin de réaliser des gains compétitifs à long terme plus importants et des rendements de trésorerie encore plus élevés. Notre bilan est solide et se renforce à chaque trimestre. Nous avons terminé l'année à 1,45 fois l'effet de levier. Notre profil de marge est le quartile supérieur. Nous avons terminé l'année à 38,8 % d'EBITDA ajusté. Et nous sommes prêts pour la prochaine acquisition transformatrice. OpenText vient d'avoir 30 ans et nous sommes une entreprise unique avec un modèle commercial différencié et éprouvé que nous appelons OpenText Business System. Il y a maintenant trois points clés que je veux souligner d'emblée. Premièrement, la gestion de l'information. OpenText a créé le marché de la gestion de l'information, un marché de 34 milliards de dollars en croissance à un TCAC de 8 %. Nous sommes le chef. Le marché est jeune, vaste, en croissance et encore fragmenté. Il offre une valeur transformatrice pour les clients de toutes tailles, et OpenText a présenté la vision la plus significative sur les produits, et nous avons l'intention de mener jusqu'au bout sur ce marché.

Les leaders du marché ont tendance à détenir un pourcentage important de leur TAM, la part du lion des bénéfices, et nous avons un large éventail d'ambitions de croissance devant nous. Cela m'amène à mon deuxième point, notre approche de la croissance. Nous croyons en une croissance intelligente, qui intègre une croissance totale et une croissance rentable. La croissance totale signifie développer notre entreprise à plus haute valeur ajoutée, le cloud, le plus rapide, et débloquer des accélérateurs pour améliorer continuellement notre taux de croissance. La croissance totale signifie aller au-delà des renouvellements et des taux de renouvellement et passer aux taux de croissance et d'extension de nos services de mise à jour de fonctionnalités et de sécurité. Ce n'est plus seulement une entreprise de mise à jour de maintenance. Maintenant, la deuxième partie de la croissance intelligente est la croissance rentable. Regardez, certaines entreprises se développent à tout prix. Ils consomment de mauvaises affaires et perdent de l'argent.

Nous considérons cela comme une proposition dangereuse à long terme car cela crée des cultures malsaines et des entreprises non durables. Il y a le bon cholestérol et le mauvais cholestérol. La croissance à tout prix, c'est du mauvais cholestérol. Chez OpenText, nous recherchons une croissance rentable. Nous l'avons toujours fait, nous le ferons toujours. C'est le bon cholestérol. Et nous recherchons la part du lion des bénéfices du marché dans la gestion de l'information et un modèle commercial résilient à long terme. C'est une croissance intelligente. Cela m'amène à mon troisième point. Lorsque vous réunissez notre TAM de 84 milliards de dollars et notre modèle de croissance intelligent, nous pouvons à nouveau doubler OpenText au cours des cinq à sept prochaines années. Je peux le dire avec confiance. Nous sommes des penseurs patients, constants et avant-gardistes. Nous faisons très bien les bases. Et nous pensons que la compétition et la victoire ne consistent pas à être un grand sprinteur. Au contraire, il excelle aux triathlons, où vous courez, nagez et faites du vélo sur de grandes et longues distances. Nous avons l'intention de mettre chaque dollar de capital que nous gagnons à travailler, à créer de la valeur, par la croissance, à la fois organique et par le biais de fusions et acquisitions, par l'innovation, par l'expansion des flux de trésorerie et par le retour du capital aux actionnaires.

Plus nous générons de capital, plus nous avons l'intention d'en mettre en œuvre. Je suis donc très enthousiasmé par l'exercice 22 et les années à venir. Les meilleurs jours d'OpenText sont certainement devant elle. Permettez-moi de passer à l'ici et maintenant et à l'aperçu de nos résultats du quatrième trimestre et de l'exercice '21. L'exercice '21 a été une année exceptionnelle d'innovation, de croissance organique, d'expansion des marges et d'amélioration des flux de trésorerie. Les clients accélèrent leurs investissements et s'approprient leurs capacités numériques, du travail moderne aux chaînes d'approvisionnement axées sur le numérique, en passant par la cyber-résilience. Nous avons terminé l'année en force avec un quatrième trimestre exceptionnel avec des revenus, un ARR et des flux de trésorerie records. Ces résultats du quatrième trimestre sont présentés en glissement annuel, sauf indication contraire. Chiffre d'affaires record de 894 millions de dollars, en hausse organique de 8 %, en hausse de 4 % à taux de change constant. ARR record de 694 millions de dollars, représentant 78% du chiffre d'affaires total, en hausse organique de 6%, en hausse de 2% à taux de change constant. Chiffre d'affaires record de 360 millions de dollars, en hausse organique de 8 % et en hausse de 6 % à taux de change constant ; revenus de licence de 133 millions de dollars, soit une augmentation de 25 %, le quatrième trimestre le plus élevé depuis 2018. BAIIA ajusté de 315 millions de dollars et 35,2 % sur une base de marge. Les flux de trésorerie d'exploitation étaient de 296 millions de dollars et les flux de trésorerie disponibles de 269 millions de dollars. Nous disposons immédiatement d'environ 2,4 milliards de dollars en espèces et en liquidités engagées.

Nous avons constaté une forte dynamique d'adoption de Cloud Edition, une accélération des réservations dans le cloud et un rebond des licences. Nous avons remporté de nouvelles affaires chez VMware, EDF, Revlon, Froneri, Deutsche Bank, Dell et T-Mobile. Ceux-ci s'ajoutent aux incroyables victoires tout au long de l'exercice '21 chez NIH, J&J, PG&E, Merck et Nestlé. Chez EDF, nous sommes la plateforme d'information du nucléaire. Chez VMware, nous faisons partie de leur plateforme d'analyse, de technologie juridique et de cyber-résilience. Chez Deutsche Bank, nous sommes la plate-forme réglementaire. Chez Revlon, nous numérisons leurs opérations internes. Chez Dell, nous sommes le tissu conjonctif du cœur de leur activité, leur chaîne d'approvisionnement. Chez T-Mobile, nous possédons un enregistrement numérique pour 100 millions de clients, du droit à la facturation. Au NIH, nous sommes le centre numérique et de collaboration pour la recherche sur les maladies infectieuses et la gestion des subventions. Nous sommes très reconnaissants envers nos clients. La gestion de l'information est transformatrice. Nous aidons nos incroyables clients à créer des capacités numériques à travers le travail moderne, les chaînes d'approvisionnement, les expériences modernes et à être cyber résilients. Pour rivaliser et gagner dans la quatrième révolution industrielle, la gestion de l'information est une exigence stratégique.

Au cours du trimestre, nous avons acheté 2,5 millions d'actions pour une contrepartie totale de 119 millions de dollars. Le rachat d'actions reflète la confiance et la visibilité dans notre activité et les perspectives de flux de trésorerie futurs. Je vais maintenant passer à -- j'aurai plus à partager -- j'aurai plus à partager sur notre future génération de capital dans quelques minutes. Permettez-moi de parler de l'exercice complet '21, qui a été un record sur les mesures financières qui comptent. Ces résultats annuels sont également d'une année sur l'autre et tels que présentés, sauf indication contraire. Chiffre d'affaires record de 3,39 milliards de dollars, en hausse de 8,9 % avec une croissance organique positive ; ARR record de 2,7 milliards de dollars, représentant 81 % du chiffre d'affaires total, en hausse de 13 % et de 2,7 % en organique ; chiffre d'affaires cloud record de 1,4 milliard de dollars, en hausse de 21,6 % et de 3,2 % en organique. Un BAIIA ajusté record de 1,3 milliard de dollars, une marge de 38,8 %, en hausse de 15 % en dollars et la marge en dollars et en pourcentage de marge la plus élevée de notre histoire. Les flux de trésorerie d'exploitation étaient de 876 millions de dollars et les flux de trésorerie disponibles de 812 millions de dollars. Les deux mesures incluent l'impact du paiement de 300 millions de dollars de l'IRS. Permettez-moi de passer aux objectifs annuels, à l'allocation du capital et à nos aspirations futures.

Aujourd'hui, nous présentons nos objectifs fiscaux '22 et nos aspirations fiscales '24, qui reflètent notre confiance à long terme et une accélération constante de la croissance organique. Pour rappel, nous exécutons OpenText avec une vue annuelle, pas une vue trimestrielle. Alors que nous sommes toujours - alors que nous sommes toujours dans une pandémie et que l'économie mondiale se redresse, il reste des défis à court terme tels que la variante Delta et d'autres variantes, l'inflation, les pénuries de la chaîne d'approvisionnement et d'autres changements structurels. Le monde est encore volatile. Nous avons confiance dans nos objectifs fiscaux '22, et notre confiance s'étend à notre capacité à accélérer régulièrement la croissance organique pour réaliser nos aspirations fiscales '24 et notre stratégie à long terme. Pour l'exercice 22, nous prévoyons une croissance organique du cloud de 3 % à 4 %, une croissance organique totale du chiffre d'affaires de 1 % à 2 % et des objectifs d'EBITDA ajusté de 37 % à 38 % alors que nous augmentons nos investissements dans notre cloud et notre personnel. Si l'économie continue de s'améliorer, nous nous attendons à faire mieux. Pour l'exercice '24, nos aspirations incluent une croissance organique du chiffre d'affaires annuel total de 2 % à 4 %, un ARR de 85 %, des marges d'EBITDA ajustées de 38 % à 40 % et plus de 1,2 milliard de dollars de flux de trésorerie disponibles. Plus tôt dans mes remarques, j'ai parlé de nos ambitions de doubler à nouveau l'entreprise au cours des cinq à sept prochaines années et de notre moteur de génération de capital.

Permettez-moi de souligner ce moteur de génération de capital. Avec ces ambitions, nous prévoyons de générer plus de 6 milliards de dollars de cash-flow libre cumulé au cours des cinq prochaines années. Nous avons construit une échelle de revenus et une conversion des revenus en espèces à haute efficacité au cours des dernières années. Et nous allons maintenant voir le fruit de ce travail acharné et intelligent dans cette génération attendue de capital à grande échelle. Prenons du recul et voici comment je pense à cela. Nous avons travaillé dur et intelligemment pour augmenter l'échelle des revenus et une grande efficacité dans la conversion des revenus en flux de trésorerie disponibles. Aujourd'hui est un autre point d'inflexion important. Alors que nous regardons vers l'avenir au cours des cinq prochaines années, nous avons le potentiel de générer jusqu'à 6 milliards de dollars de flux de trésorerie disponibles, et il y a trois points clés : premièrement, il y a une valeur actuelle importante dans ces 6 milliards de dollars ; deuxièmement, nous avons une feuille de route exceptionnelle en matière de rendement des liquidités investies ; et troisièmement, nous avons l'intention de mettre chaque dollar au travail. Nous annonçons également aujourd'hui une stratégie élargie de retour à l'actionnaire. Notre stratégie a consisté à restituer environ 20 % des flux de trésorerie des 12 derniers mois - des flux de trésorerie disponibles aux actionnaires via des dividendes.

Nous pensons que c'est le bon moment pour accélérer les rendements compte tenu de la force de notre entreprise et de notre nouvelle stratégie de - et notre nouvelle stratégie vise à cibler 33% des flux de trésorerie disponibles sur 12 mois via les dividendes et maintenant les rachats d'actions. Avec notre nouvelle stratégie, nous prévoyons de maintenir le nombre d'actions constant. Permettez-moi également de souligner que lorsqu'une opportunité de fusion et d'acquisition transformatrice se présente, nous nous réservons la possibilité de déplacer notre stratégie d'allocation de capital vers cette opportunité. Aujourd'hui, nous annonçons une augmentation du dividende de 10 % à 0,2209 $ par action. Permettez-moi de parler de -- laissez-moi faire la transition et parler un peu des fondements de notre confiance en notre croissance organique, et c'est notre programme d'entreprise, Grow with OpenText. C'est notre récit pour l'année à venir, et j'y reviendrai dans nos appels et nos réunions à venir. Nous sommes au début d'un nouveau cycle de produits avec OpenText Cloud Editions. Nos cinq éditions Cloud sont axées sur les besoins stratégiques clés des grandes, moyennes et petites entreprises qui créent et sont sur le chemin du numérique en matière de gestion de l'information. Numéro un, maîtrisez le travail moderne via notre Content Cloud ; des réseaux commerciaux numériques via notre Business Network Cloud ; alimenter des expériences modernes via notre Experience Cloud ; être cyber résilient via notre Cloud de sécurité et de protection ; et construisez l'économie des API via notre Developer Cloud.

Nous avons également d'importantes tendances séculaires qui aident l'entreprise : la poursuite du travail à distance, le besoin de numériser, le besoin d'être mondial, d'être dans le cloud et d'être sécurisé. Cela se traduit par des programmes clés pour stimuler la croissance organique. Ils mettent fortement l'accent sur notre base installée pour aider les clients à tirer pleinement parti de leur investissement, à étendre leurs investissements et à accélérer la transition vers le cloud. Kristina Lengyel nous a rejoint l'année dernière en provenance de Salesforce, et Kristina dirige toutes nos équipes et programmes de réussite client, y compris les services professionnels. Nous avons récemment réuni toutes nos équipes de renouvellement sous la direction de Paul Duggan. Paul dirigeait une entreprise de renouvellement de 6 milliards de dollars et plus chez Oracle. Nous mettons -- nous mettons également davantage l'accent sur nos activités internationales, la Chine, le Japon, l'APAC, l'Amérique latine, l'Afrique, le Moyen-Orient. James McGourlay, un vétéran d'OpenText, dirige maintenant les ventes internationales. Nous voyons également une opportunité de développer plus rapidement nos plus grands comptes et partenaires, ainsi que d'ouvrir de nouvelles opportunités avec nos développeurs et notre Developer Cloud.

Ceci est dirigé par un vétéran d'OpenText, Ted Harrison, qui supervise également toutes les ventes d'entreprise pour l'Amérique du Nord et l'Europe, nos plus grands marchés. Prentiss dirige notre initiative visant à étendre notre présence sur le marché intermédiaire, et tout cela est soutenu par nos investissements clés dans le numérique et l'automatisation. Faire évoluer OpenText à moindre coût pour créer des expériences sans friction entre l'entreprise et nos clients, que nous appelons DNA 2.0, dirigée par Renee Mckenzie, notre nouvelle DSI. C'est une année passionnante à venir, Grow with OpenText. Nous sommes alignés sur nos plus grandes opportunités de croissance. Nous voyons clairement des tendances séculaires positives. Nous avons des programmes solides et notre équipe de direction est structurée pour stimuler la croissance. Permettez-moi maintenant d'aborder la citoyenneté d'entreprise. OpenText a toujours respecté des normes élevées d'éthique, d'intégrité et de pratiques commerciales. Il est important de faire le bien tout en faisant bien, et ceux qui sont en mesure d'effectuer des changements positifs devraient le faire dans le contexte de la stratégie commerciale. Je ne pense pas que nous appelions cela la citoyenneté d'entreprise. Ceci n'est pas un programme. Cela fait partie de notre ADN.

La citoyenneté d'entreprise est au cœur de nos convictions, de notre objectif d'entreprise, de la façon dont nous gérons notre entreprise et des normes transparentes que nous nous fixons, de la façon dont nous menons nos affaires et de la manière dont nous menons nos affaires et d'une culture intentionnelle, innovante, objective et donc inclusif et toujours en progression. C'est notre citoyenneté d'entreprise où l'ESG est si important. Aujourd'hui, nous avons publié notre deuxième rapport annuel sur la citoyenneté d'entreprise. C'est un rapport pour donner un aperçu des objectifs que nous nous fixons pour être transparents sur nos objectifs et nos progrès et pour nous tenir le miroir où nous ne progressons pas assez rapidement. Je suis content des progrès que nous avons faits, mais nous avons encore de nombreux kilomètres à parcourir. Vous verrez dans le rapport d'entreprise citoyenne OpenText 2021, nous avons adopté cette année le cadre GRI. Nous avons défini nos quatre principales priorités citoyennes en matière de culture et de développement du capital humain ; équité, diversité et inclusion; confidentialité des données et sécurité de l'information ; et les performances financières. Nous avons également renforcé notre code de conduite des fournisseurs et notre transparence fiscale en matière de droits de l'homme, et nous avons élargi notre collecte de données et nos processus pour éclairer les buts et objectifs futurs.

De plus, aujourd'hui, nous annonçons un partenariat avec l'Université Lakehead dans le nord et le centre de l'Ontario. Nous avons l'intention de créer un programme de stages de nouvelle génération pour les étudiants autochtones et de financer entièrement cette année jusqu'à 25 stages. J'attends avec impatience le partenariat, qui offre une voie convaincante vers les emplois numériques et l'apprentissage des étudiants car ils ont beaucoup à nous apprendre. Nous apprécions vos commentaires sur la citoyenneté d'entreprise. Permettez-moi de conclure mes commentaires. Ce fut une année exceptionnelle. Nous avons augmenté de 8,9 % pour atteindre 3,39 milliards de dollars de chiffre d'affaires et enregistré une croissance organique de 3,2 % dans le cloud. Nous avons généré 1,3 milliard de dollars d'EBITDA ajusté avec une marge de 38,8 %. C'est un marché stellaire, la gestion de l'information, c'est stratégique dans la quatrième révolution industrielle. Sa taille est de 84 milliards de dollars avec un TCAC de 8%. La croissance organique est là pour rester. Nous investissons et nous avons des preuves incroyables avec EDF, VMware, Dell, NIH, T-Mobile et plus encore.

Nous avons plus de 100 000 clients. Nous gérons 24 des 30 plus grandes chaînes d'approvisionnement. Nous avons plus de 50 % de pénétration dans le Global 10 000, et nous avons plus de 25 % de pénétration avec les partenaires MSP. Nous avons la vision, le talent, le marché et le moteur de capital pour doubler à nouveau OpenText au cours des cinq à sept prochaines années. Et nous nous concentrons sur la création de valeur, la valeur pour les actionnaires, les clients, les employés et qui se concentre sur l'innovation, la croissance, les profits, la génération de capital et la citoyenneté d'entreprise. Permettez-moi de remercier nos 14 000 employés en plus, nos clients et nos partenaires qui contribuent à faire de l'exercice fiscal 21 notre meilleure année de tous les temps et d'avoir créé une entreprise conçue pour durer là où les meilleures années sont devant nous. Restez en bonne santé et restez en sécurité.

Et c'est avec plaisir que je passe l'appel à Madhu Ranganathan, directeur financier d'OpenText et mon excellent partenaire commercial. Madhu ?

Madhu Ranganathan

--

Vice-président exécutif, chef de la direction financière

Super. Merci, Mark, et merci à tous d'être parmi nous aujourd'hui. Nos résultats records pour le quatrième trimestre et l'exercice '21 ont établi une base solide pour la poursuite de l'élan vers l'exercice '22, comme vous venez de l'entendre dans l'excellent commentaire de Mark. Je parlerai du T4 fiscal '21, de nos facteurs trimestriels, de notre stratégie de croissance totale de l'exercice '22, de nos gammes de modèles cibles annuels de l'exercice '22 et de nos aspirations à long terme, le tout comme indiqué dans notre présentation aux investisseurs du T4 publiée sur notre IR site Web aujourd'hui. Toutes les références seront faites en millions d'USD et comparées à la même période de l'exercice précédent. Et permettez-moi de commencer par les revenus. Le chiffre d'affaires total du quatrième trimestre s'est élevé à 893,5 millions de dollars, en hausse de 8,1 % ou de 4 % à taux de change constant. Pour l'exercice 21, les revenus totaux se sont élevés à 3,386 milliards de dollars, en hausse de 8,9 % ou de 6,3 % en devises constantes. Il y a eu un impact favorable des devises sur le chiffre d'affaires de 34,1 millions de dollars au quatrième trimestre et de 81,3 millions de dollars au cours de l'exercice 21.

La répartition géographique des revenus totaux de l'année était la région Amériques, 61 % ; EMEA, 31 % ; et Asie-Pacifique, 8 %. Les revenus d'enregistrement annuels du quatrième trimestre se sont élevés à 694,4 millions de dollars, en hausse de 5,6 % ou de 2,2 % à taux de change constant. Et les revenus récurrents annuels de l'exercice 21 se sont élevés à 2,741 milliards de dollars, en hausse de 12,7 % ou de 10,4 % à taux de change constant. En pourcentage des revenus totaux, l'ARR était de 78 % pour le trimestre et de 81 % pour l'exercice 21, contre 78 % pour l'exercice 20. Le chiffre d'affaires Cloud du quatrième trimestre s'est élevé à 360,2 millions de dollars, en hausse de 8,3 % ou de 6 % à taux de change constant. Pour l'exercice 21, les revenus du cloud s'élevaient à 1,407 milliard de dollars, en hausse de 21,6 % ou de 20 % à taux de change constant. Notre taux de renouvellement du cloud, hors Carbonite, est d'environ 93 %. Le chiffre d'affaires du support client au quatrième trimestre s'est élevé à 334,3 millions de dollars, en hausse de 2,9 % ou en baisse de 1,8 % à taux de change constant. Pour l'exercice 21, les revenus du support client se sont élevés à 1,334 milliard de dollars, en hausse de 12,6 % ou de 1,7 % à taux de change constant. Notre taux de renouvellement du support client était de 94%. Dans l'ensemble de l'activité, la performance de nos renouvellements est restée solide. Le chiffre d'affaires des licences du quatrième trimestre s'est élevé à 132,5 millions de dollars, en hausse de 25,3 % ou de 17,8 % à taux de change constant.

Au cours de l'exercice 21, le chiffre d'affaires des licences s'est élevé à 384,7 millions de dollars, en baisse de 4,5 % ou de 8,6 % à taux de change constants. Notre activité de licence a bénéficié de la vigueur saisonnière et de la confiance accrue des clients dans nos produits et solutions pour développer leurs capacités numériques. Chiffre d'affaires des services professionnels au quatrième trimestre de 66,6 millions de dollars, en hausse de 5,2 % ou en baisse de 0,4 % à taux de change constant. Pour l'exercice 21, les revenus des Services professionnels se sont élevés à 259,9 millions de dollars, en baisse de 5 % ou de 8,6 % à taux de change constant. Je tiens à souligner que nous avons réalisé une croissance organique positive à la fois dans le cloud et dans l'ARR au cours de l'exercice '21 sur une base de change publiée et constante. Le bénéfice net PCGR du quatrième trimestre s'est élevé à 181,3 millions de dollars, en hausse par rapport au bénéfice net de 26,4 millions de l'année précédente, principalement en raison de la hausse des revenus et de la baisse des charges liées au COVID et de l'augmentation des autres revenus de certains fonds d'investissement dans lesquels nous sommes un commanditaire. Pour l'exercice 21, le bénéfice net PCGR s'est élevé à 310,7 millions de dollars, en hausse par rapport au bénéfice net de 234,2 millions de dollars de l'exercice précédent, principalement en raison de la hausse des revenus, de la baisse des coûts d'exploitation et d'autres revenus de certains fonds d'investissement dans lesquels nous sommes un commanditaire, en partie compensation de la charge fiscale liée au règlement IRS. Le bénéfice net non-GAAP du quatrième trimestre s'est élevé à 220,4 millions de dollars, en hausse de 1,2 % ou en baisse de 2 % à taux de change constant.

Pour l'exercice '21, le bénéfice net non-GAAP s'est élevé à 927,2 millions de dollars, en hausse de 18,2 % ou de 14,3 % à taux de change constant. Le bénéfice dilué par action selon les PCGR du quatrième trimestre était de 0,66 $, en hausse par rapport au bénéfice par action dilué de 0,10 $. Pour l'exercice 21, le bénéfice par action dilué selon les PCGR était de 1,14 $, contre 0,86 $. Le bénéfice dilué par action non-GAAP du T4 était de 0,80 USD, identique à celui du T4 '20 et en baisse de 0,02 USD à taux de change constant. Pour l'exercice 21, le bénéfice dilué par action non conforme aux PCGR était de 3,39 $, en hausse de 0,50 $ par rapport à 2,89 $ et de 0,39 $ en devises constantes. Passons aux marges. La marge brute GAAP pour le trimestre était de 69,6%, en hausse de 110 points de base. Pour l'exercice '21, la marge brute GAAP était de 69,4 %, en hausse de 170 points de base. La marge brute non conforme aux PCGR pour le trimestre était de 75,8 %, conformément au quatrième trimestre de l'exercice 20. Notre marge brute non-GAAP pour l'exercice '21 était de 76,1 %, en hausse de 160 points de base. Pour la marge brute GAAP par flux de revenus, veuillez vous référer à notre rapport fiscal '21 Form 10-K.

Également sur une base ajustée, la marge Cloud du quatrième trimestre était de 64,8%, contre 65,1%. Pour l'exercice 21, la marge du Cloud était de 66 %, contre 61,3 %, grâce à l'amélioration continue de notre prestation de services Cloud et aux fortes contributions de Carbonite. La marge du support client au quatrième trimestre était de 90,3 %, contre 90,1 %. Pour l'exercice 21, la marge du support client était de 90,9 %, contre 90,4 %, reflétant à la fois des performances de renouvellement toujours solides. La marge de licence du quatrième trimestre était de 96,7 %, contre 96,8 %. Pour l'exercice 21, notre marge sur les licences était de 96,4 %, en baisse par rapport à 97,2 %, à la fois principalement en raison de coûts de technologie tiers plus élevés. La marge des Services professionnels au quatrième trimestre s'est établie à 20,4 %, contre 34,1 %. Pour l'exercice 21, notre marge des services professionnels était de 25,1 %, contre 22,7 %. Notre BAIIA ajusté s'est établi à 314,8 millions de dollars ce tri

mestre, en baisse de 0,8 % ou de 3,5 % en devises constantes. Cela représente une marge de 35,2 %, en baisse par rapport à 38,4 % au même trimestre l'an dernier. La baisse d'une année sur l'autre reflète les paiements de performance de fin d'année compte tenu de nos meilleures performances de vente au cours de l'exercice '21 ainsi que d'une approbation de bonus spécial de 18 millions de dollars pour récompenser un large groupe de nos employés pour d'excellentes contributions qui incitent ces employés à conserver des réductions de rémunération. prise au début du COVID.

Pour l'exercice 21, l'EBITDA ajusté s'est élevé à 1,315 milliard de dollars, en hausse de 14,5 % ou de 11,2 % à taux de change constants. Cela représente une marge de 38,8 %, contre 36,9 % au cours de l'exercice '20. En ce qui concerne les flux de trésorerie opérationnels et disponibles. Notre trésorerie d'exploitation s'élevait à 296,2 millions de dollars pour le trimestre et à 876,1 millions de dollars pour l'exercice '21. Les flux de trésorerie disponibles étaient de 268,8 millions de dollars pour le trimestre et de 812,4 millions de dollars pour l'exercice '21. Fiscal '21 comprend le paiement de règlement IRS de 299,6 millions de dollars. Le DSO était de 44 jours pour le quatrième trimestre de l'exercice '21. Comme vous pouvez le voir, l'exercice '21 rassemble vraiment une cohérence dans l'amélioration des processus, entraînant des niveaux de cycle de conversion en espèces, en particulier dans les facturations et les recouvrements, chaque trimestre se terminant à 44 jours par rapport à 51 jours au T4 de l'exercice '20. À mesure que nous regardons vers l'avenir, nous augmenterons nos investissements dans l'automatisation pour maintenir ce niveau d'efficacité du fonds de roulement et nous préparer à une échelle significative à long terme. Du point de vue du bilan, nous avons terminé l'année avec environ 1,6 milliard de dollars de liquidités et soutenus par notre solide performance de trésorerie. Nous disposions d'un revolver de 750 millions de dollars, non tiré et entièrement disponible, ce qui porte nos liquidités totales et nos liquidités engagées à environ 2,4 milliards de dollars. Notre ratio de levier d'endettement consolidé est de 1,45 fois.

La prévisibilité de notre modèle d'affaires, combinée à la solidité de notre bilan et à la visibilité de nos flux de trésorerie disponibles, nous donne la confiance nécessaire pour annoncer aujourd'hui ce que Mark a appelé notre stratégie d'allocation de capital. Nous avons racheté 2,5 millions d'actions pour un total de 119 millions de dollars au cours du quatrième trimestre. Passons aux facteurs trimestriels, à la stratégie de croissance totale et au modèle cible annuel, tous disponibles dans la présentation aux investisseurs du quatrième trimestre fiscal '21 sur notre site Web. Pour rappel, nous considérons notre activité comme annuelle et les trimestres varieront. Nous notons l'incertitude liée à la pandémie, alors que nos indicateurs avancés restent sur une tendance positive. Pour le premier trimestre de l'exercice 22, par rapport à la même période de l'année précédente, nous prévoyons ce qui suit : chiffre d'affaires total en hausse à un seul chiffre de la croissance organique déclarée ; ARR, chiffre d'affaires récurrent annuel, en hausse à un seul chiffre – les chiffres à un seul bas ont fait état d'une croissance organique. Attendez-vous à un vent arrière de 15 millions de dollars au premier trimestre.

Pour le premier trimestre de l'exercice 22 par rapport à nos résultats du quatrième trimestre sur une base séquentielle, pourcentage de marge d'EBITDA ajusté, en hausse de 250 à 300 points de base. Notre stratégie de croissance totale pour l'exercice '22. Pour l'exercice '22 complet par rapport à la même période de l'année précédente, nous prévoyons ce qui suit, y compris FX. Comme je parle des pourcentages, notez que tous les pourcentages représentent une croissance organique. Toute fusion et acquisition sera additive. Chiffre d'affaires total, en hausse de 1 % à 2 % ; revenus du cloud, en hausse de 3 % à 4 % ; Support client, constant à légèrement en hausse ; ARR total, revenus récurrents annuels, en hausse de 10 % ; Licence pour refuser les chiffres intermédiaires ; Les services professionnels doivent rester constants ; et toute fusion et acquisition sera additive. Pour notre modèle cible pour l'exercice '22, nous avons publié aujourd'hui notre modèle cible pour l'exercice 2022 qui met en évidence la prévisibilité et la rentabilité de notre modèle financier. Pour l'exercice '22, nous prévoyons un ARR compris entre 81 % et 83 % du total des revenus par rapport aux résultats de l'exercice '21 de 81 % ; Services Cloud et abonnements dans une fourchette de 41 % à 42 % ; Support client compris entre 39 % et 41 %, contre 39,4 % pour l'exercice '21 ; notre chiffre d'affaires Licences va baisser dans une fourchette de 9 % à 11 % contre 11,4 % au cours de l'exercice '21 ; nos services professionnels dans une fourchette de 7 % à 9 %. La marge brute devrait se situer entre 75 % et 77 %, contre 76,1 % au cours de l'exercice 21.

Notre marge d'EBITDA ajusté de 37 % à 38 % par rapport à 38,8 % au cours de l'exercice 21. La marge d'EBITDA ajusté pour l'exercice '22 reflète de nombreux investissements. D'abord et avant tout, nos employés et notre vivier de talents. Notre exercice '22 reflète le rétablissement complet de la rémunération des employés et un cycle de performance accéléré ainsi que des augmentations nettes, à compter du 1er octobre 2021. De plus, nos investissements se poursuivront dans la R&D, les ventes, la couverture et la capacité des canaux et l'ADN 2.0, qui englobe des initiatives numériques et d'automatisation dans toute l'entreprise pour réduire les restrictions et conduire à l'échelle. Ces investissements nous donneront confiance et élan vers nos aspirations fiscales '24, dont je vais parler maintenant. Nos aspirations pluriannuelles demeurent, en augmentant l'ARR, les revenus récurrents annuels et en stimulant une accélération de la croissance organique en augmentant nos marges. Pour l'exercice '24, nous continuons de nous attendre à une croissance organique totale du chiffre d'affaires de 2 % à 4 % ; RRA de 85 % ; et un EBITDA ajusté de 38 % à 40 %. Nous augmentons nos aspirations de flux de trésorerie disponibles à plus de 1,2 milliard de dollars par rapport à la fourchette précédente de 1,1 milliard à 1,2 milliard de dollars. Sur les impôts à long terme, en ce qui concerne la modélisation de notre entreprise à l'exercice '24, permettez-moi de partager quelques commentaires sur les impôts. Premièrement, notre taux d'imposition effectif ajusté restera constant au cours de l'exercice '22 à 14 %, en légère hausse au cours de l'exercice '23, puis devrait être inférieur à 20 % au cours de l'exercice '24.

Deuxièmement, nous ne prévoyons aucun changement significatif de notre taux historique d'impôts en espèces. Nous avons des programmes en cours pour optimiser les impôts en fonction de la combinaison d'activités et des sources de revenus attendues à long terme. Donc, en résumé, le quatrième trimestre a été une excellente fin pour une année de performances incroyables, dont les enseignements élèveront notre élan interne à des niveaux encore plus élevés. Alors que nous avons fortement lancé notre nouvel exercice 2022, bravo à l'équipe OpenText. Nous ne pourrions pas y parvenir sans vous. Nous restons enthousiastes et engagés envers nos perspectives et nos aspirations et vous souhaitons à tous une sécurité et un bien-être continus.

Je voudrais maintenant ouvrir l'appel pour vos questions. Operator?

Questions and Answers:

Operator

Merci. [Operator Instructions] The first question comes from Thanos Moschopoulos from BMO Capital Markets. Please go ahead.

Thanos Moschopoulos

--

BMO Capital Markets -- Analyst

Hi, good afternoon. Just looking at the strength in licenses, kind of surprised to see that. And could you clarify, was that driven by customers playing on-premise? Or is that more a function of people deploying on third-party cloud infrastructure, in which case you might be looking into the license line?

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Yes, Thanos, thank you for the question. Let me start at the high level, which is the direction of our business remains the same. We have a great slide in our investor deck that talks about our proven business. It's called our proven durable business model that shows over the last eight, nine years of our recurring revenue going from 54% up to 81%, our License business going from 24% to roughly 11% of our business on an annual basis. So the trend remains more cloud. We had some strong platform wins in the quarter that were -- could be as long as a decade-long platform win. And so that drove a bit more license revenue in the quarter. So again, the trend is more cloud on an annual basis. We're hoping to keep license relatively constant in terms of its absolute quantum. There's no change in our strategy at all. And those licenses can be deployed off cloud or in our cloud, if you will. So we will certainly see some additional services that follow from those licenses as we deploy them.

Thanos Moschopoulos

--

BMO Capital Markets -- Analyst

D'accord. And then on the...

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

As we deploy -- as we deploy them on behalf of our customers, right?

Thanos Moschopoulos

--

BMO Capital Markets -- Analyst

Oui.

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Oui.

Thanos Moschopoulos

--

BMO Capital Markets -- Analyst

D'accord. On the gross margin side, you're guiding for gross margins to be relatively consistent year-over-year. I would have thought we made a bit of gross margin expansion. Just to clarify, is that maybe just conservatism on your part? Is it maybe some pandemic-related costs that are coming back? Or is it the reinvestments that's driven by the pandemic?

Madhu Ranganathan

--

Executive Vice President, Chief Financial Officer

Yes, Thanos, this is Madhu, I can take the question. Actually, if you look at our target model, we're going from 75% to 77% at the outset. It's the first time we put a 77% on the outer end of the boundary, so I would say that. And you are going to see improvements in gross margin, both on the cloud side as well as the customer support side, notwithstanding, to your point, the investment that I spoke about in the commentary that we will be making, but definitely take note of the 77% at the outer end of the gross margin target model.

Thanos Moschopoulos

--

BMO Capital Markets -- Analyst

D'accord. And then finally, Mark, in terms of the timing for, I guess, the revised capital allocation strategy and kind of share buybacks. So if you could clarify, is that a function of you now have a higher recurring revenue mix than in the past? Maybe stronger cash flow profile? Is that what's driving the timing of this? Or we'll just see to that?

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Oui. I think it's a combination of things that just brings us to the confidence in our increased cash flow generation. We spent the last five years building up revenue scale in a very efficient company. And from $1 of revenue to free cash flow, that conversion rate is upper quartile in the industry. And we extrapolate that out five years in a pretty straight line method from where we are. We see the ability to generate upwards to $6 billion in free cash flow over the next five years, based on all the hard work that's gone on over the last few years. So with that, we decided to expand our return strategy from 20% per year to 33% per year. We will maintain the optionality that when the -- in the 70 and -- in the 66% gives us all the strategic flexibility we need. But if we need more than that, we reserve the right for that transformative deal. We like also holding our share count constant so we can better measure returns on a constant share basis. So for all those reasons of improved cash flow, stronger engine, confidence, looking out of $6 billion of a capital build, the strong present value in those $6 billion as well, we increased our return strategy from 20% to 33%.

Thanos Moschopoulos

--

BMO Capital Markets -- Analyst

Great, thanks. I'll platform yeah, thanks.

Operator

The next question comes from Stephanie Price of CIBC. Please go ahead.

Stephanie Price

--

CIBC -- Analyst

Thanks, sir. Maybe just a follow-on to Thanos' question. Just in terms of the M&A environment and whether we should read into anything in terms of the increase in return of capital to shareholders and the near-term M&A environment here?

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Oui. Thanks, Stephanie. No, I think we can do two things at the same time, right? We -- there is nothing to read into the M&A. Increasing our capital return strategy, as I said, is -- is really built on the foundation and confidence of the strength of that capital generation engine, $6 billion over -- upwards of $6 billion over five years. And so here in the short term, going from 20% to 33% provides more value back to shareholders. We're going to remain an acquirer, a strategic acquirer, that drives future organic growth. And we'll maintain all the optionality that when that M&A opportunity presents itself above the 66% that we have, that we will dial that other 13 points right back to M&A. So nothing to read into it. We're not changing our strategy. We're going to continue to acquire. We're looking for businesses that drive future organic growth, but we're always going to be returning value to you, to our shareholders. And this is another tool available to us right now.

Stephanie Price

--

CIBC -- Analyst

D'accord. That's helpful. And then in terms of constant currency cloud growth, it looks like it rose slightly in the quarter. Can you talk a bit about what you're seeing in that business? And what the big driver of the increase was, whether it was new sales or cloud migration?

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Oui. It's -- we're on the other side of that -- we're on the other side of the pandemic at this point. And I would note that over the last 90 days, and it takes a while to -- there's isn't necessarily a direct correlation to revenue. But over time, it does translate into revenue. Our cloud volumes are up 20% to 30% -- 25% to 30% over the last 90 days. That increased network traffic is really driven by what we've talked in the past about more regionalization that a move to more trusted suppliers. So there's a lot of activity right now going on within the business network. So where we had those industries affected that we -- a year ago, we talked about industries affected, we're on the other side of that. We've seen volumes return. We'll turn it into revenue going forward. The revenue growth is around key wins, as we talked about, volumes returning and also off-cloud customers moving into the cloud. So it's a combination of those things, Stephanie.

Stephanie Price

--

CIBC -- Analyst

Great, thanks so much.

Operator

The next question comes from Paul Steep from Scotia Capital. Please go ahead.

Paul Steep

--

Scotia Capital -- Analyst

Good evening Mark, could you talk a little bit about where you've seen in the cloud transition, maybe the greatest engagement? And thinking about the next product cycle, which of the five CE products we'd expect to maybe be the leading drivers of growth coming into '22? And I got two quick follow-ups.

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Yes, sounds great. We -- I'm going to highlight three things. The first will be Cloud Edition is 21.4, which will push out in -- across our infrastructure October, November. And we're on target with delivering 21.4 Cloud Edition. And we will be at parity for all feature functions of content services in the cloud as we work off-cloud. So 21.4 is a very important release. I've talked about customers who will never have to upgrade again once we push 21.4 out into the market. And we're on track to do that. So that's a very important milestone for us. When we look at a business like Box, we're going to be at complete parity for records management, archive, capture, workflow, our application layer, our regulatory platform. That will be available in SaaS public cloud 21.4. So that's a big release.

Second is 22.2, which is April of next year, still in this fiscal year, which will have the same experience for our Experience Cloud. So everything we do for our Digital Experience Platform will be at parity in the cloud, public cloud SaaS as we have off-cloud. And the third is, I'm getting pretty -- we're making good progress on our Developer Cloud. If you go to Developer -- shoot, you may not go there. But developer.opentext.com, we now have our 30 robust APIs available. And this is a future growth driver for us. And I think these are the three, Paul, that I would pay attention to. It's this movement -- within this fiscal year, we will have delivered public cloud SaaS versions at parity to all off-cloud and we will have opened up a new go-to-market via API services of what a company like Twilio do in the marketplace.

Paul Steep

--

Scotia Capital -- Analyst

Super. The last two here. The first one would be on the capital allocation strategy. Can you just either reiterate or sort of put in context, has there been any change to your level of comfort in terms of overall leverage relating to M&A, ie, should we read into this that given greater capital returns to people, you're willing to actually maybe stretch a little bit more on the balance sheet side? And then the second one, just for Madhu, can you just confirm that the normal Q4 to Q1 seasonality, which obviously got interrupted for all of us last year. Should we be thinking that, that normal seasonality pre-COVID applies?

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Yes, I'll take the first one and then give the second one to Madhu. Paul, I still like our up to 3 times. And -- but as our quantum of adjusted EBITDA grows, so does the -- will leverage dollars. So we have 2.4 on the balance sheet today, heading up to 3 times of 1.3. That's another $4 billion. And in an increasing rate, you could even add more. So we have plenty of capital, right, both cash and committed on the balance sheet, plenty in the future flows, both in that five-year $6 billion free cash flow or 3 times adjusted EBITDA. We're not -- we are not capital constrained to double the company again over the next five to seven years, not capital constrained at all. If we need to go above 3 times, sure, we'd do it. We've had a track record to bring it down. Here we are sitting at 1.4 times, but I still like the 3 times ratio. Madhu?

Madhu Ranganathan

--

Executive Vice President, Chief Financial Officer

Thank you, Mark. So Paul, on your question, the pre-COVID seasonality Q4 to Q1, I would say, is two domains. When you think about August and everyone wants to take more vacations this summer than they did last summer, and they see some uncertainty out there. So that has been factored into our two factors. I would also point out there's not quite seasonality; our expense structure is different for all the reasons I outlined. We did have some COVID-related savings in Q1 of last year that we propped up on for all the right reasons, employees, other investments, and we see that in Q1 as well. But the reaction result on all of this, I would focus on organic growth. What we've shared the two factors for Q1, the range of revenue increases, ARR increases are all organic growth on a year-over-year basis, and we're quite excited about it.

Operator

Merci. The next question is Richard Tse from National Bank Financial. Please go ahead.

Richard Tse

--

National Bank Financial -- Analyst

Yes, thank you. So on the acquisitions, you guys have opened up a bunch of product lines over the past 10 years, business network with GXS and then security with Carbonite. So as we look forward, are you planning on going deeper in some of these product lanes? Or is there sort of an option here to sort of open up a new lane?

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Oui. Richard, thanks for the question. I'm happy with the markets we're in. So I look at information management, $84 billion, 8% CAGR. I don't need -- we don't need to expand the market definition of information management right now. Over time, we have, but so we have plenty of open space within our chessboards, within each of these market segments. So we're feeling very focused on the current definition of information management.

Richard Tse

--

National Bank Financial -- Analyst

D'accord. And then on page -- I think it's page eight on your deck, you shared some of the wins that you've had. I'm just trying to get a grasp on the competitive landscape. And maybe if I look at this slide, the question is, are these new projects that you're taking on? Are they replacing incumbents in terms of pushing out another player here?

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Yes, I'd say -- I mean everything is competitive, of course. VMware is a new platform. I look at EDF. This is a fantastic win for us. It's a decade-long decision. And it's a great expansion of our current platform. And I look at Revlon competitive with IBM, California State Hospitals competitive with Adobe. Cerner expansion of our current platform. So it's a mixture of some open space, some competitive wins and expansion of our capabilities.

Richard Tse

--

National Bank Financial -- Analyst

D'accord. And just the last one. We're all reading about the tight labor markets here in tech, particularly. How are you seeing that in terms of your turnover and then perhaps the impact on your financials here going forward?

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Oui. Thanks, Richard. It's a great topic. And it is it's an unusual time and a time where you need to lean in as a CEO and a leadership team. And we consider ourselves a very purpose-driven organization, a very intentional one, one with high customer centricity. Pre-pandemic, we were far below the industry average in turnover. And there are just articles in The Globe and Mail and National Post this week about half of employees don't want to return to work, and financial institutions, other industries just on overdrive hiring tech people, and that hiring looks toward successful companies to do recruiting. So we're doing better than the industry average on retention. We got a great mission and purpose-driven culture. You heard Madhu speak about we've done a special bonus to our employees for their incredible results. We've accelerated a merit round. We have high flexibility in our work culture and work location. And we hold ourselves together via our mission and purpose of helping others excel. So we're doing -- we're beating the industry average, And we're going to keep investing in our people and our products.

Richard Tse

--

National Bank Financial -- Analyst

Okay, that's great. Merci.

Operator

[Operator Instructions] The next question comes from Paul Treiber of RBC Capital Markets. Please go ahead.

Paul Treiber

--

RBC Capital Markets -- Analyst

Thanks so much and good afternoon. I wanted to help understand your assumptions for the year and also maybe to put Q4 into a better perspective. So the quarter saw a higher growth, both for organic revenue and cloud organic cloud revenue and what's in your outlook. How do we sort of think about Q4 relative to the outlook for fiscal '22?

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Yes, I'll take that, Paul, and Madhu may want to jump in as well. We're very focused on increasing our rate of organic growth. And I look at our fiscal '24 aspirations and I think that is an important milestone for us where we want to see total revenue growth -- total revenue growth of 2% to 4%, and cloud would be much stronger underneath that. And so our investments are here to gradually accelerate that rate of organic growth. And thus, that led us to our fiscal '22 outlook of 3% to 4% organic cloud growth and 1% to 2% of total revenue organic cloud growth. So we like those estimates right now while investing and gradually accelerating the rate of organic growth. And I'll say it's still a pandemic. And there's still volatility out there. And I think you just got to be mindful of that. We're kicking off our fiscal year. Others kicked off their fiscal year in January, right? So we're also mindful that it's still a pandemic. So I like our -- the 3% to 4% cloud organic growth for the year and accelerating the 2% to 4% total revenue growth by fiscal 2024. And if the economy does a little better, we'll do better as well.

Paul Treiber

--

RBC Capital Markets -- Analyst

A couple of financial questions for Madhu. First, just on travel and entertainment. For the last year, what's been the uplift from the lack of travel and entertainment on EBITDA margins? And then with reopening over the next year or so, what's your expectations for -- or how much of travel and entertainment are you building back into the coming year?

Madhu Ranganathan

--

Executive Vice President, Chief Financial Officer

Oui. Thank you for the question. So on travel and entertainment, the direct correlation to EBITDA, just think about it in a way, it is an important number, but in terms of significance, I would say, people payroll are sort of more than 2/3 of our expense, right? So think about it that way is what I would say. Where I think we saw a lot of impact is marketing events, sales events where all of it was done virtually. And we saw productivity increase and performance increase in those stacks. As we look into fiscal '22, it is volatile with the Delta variant and everything else, but we have built in that to being together. If a customer wants us to be there, our sales team will be there and same thing with actual affected services. So we have increased the amount of being in person dollars. At the same time, we are balancing with the productivity we saw during COVID. So expect more digital, but do expect some in person, but all of that has been baked into our target margin numbers.

Paul Treiber

--

RBC Capital Markets -- Analyst

And for this past year though, the impact from the lack of travel, is it immaterial? Or is there any number to call out?

Madhu Ranganathan

--

Executive Vice President, Chief Financial Officer

So maybe I would say, the savings -- the COVID-related savings, we didn't bank at all. We actually redirected them, reallocated them to what we've been referring to as digital and automation initiatives to allow better working from a remote environment. So this is savings we used them again for all other reasons.

Paul Treiber

--

RBC Capital Markets -- Analyst

D'accord. That's helpful. And then just one last one. Just on the tax rate, just to clarify. So you target a low 20% adjusted tax rate, but no change in the cash tax rate, right? Is that correct? And then why -- what's driving that?

Madhu Ranganathan

--

Executive Vice President, Chief Financial Officer

So from a cash taxes perspective, as I said, we see the numbers in our cash flow statement, and the cash taxes have actually ranged in $80 million to $100 million and slightly over $100 million, as you see in our cash flow statement in the last few years. Of course, higher income, we will pay higher cash taxes. So the primary reason for that is our IP position in Canada, we do have a cash tax benefit in Canada, and that continues as we look ahead. And that would be the key drivers, plus the several optimization programs we are continually involved in, sort of various sort of tax initiatives globally, that also will help optimize the net cash outflow on taxes.

Paul Treiber

--

RBC Capital Markets -- Analyst

Okay, thank you

Operator

Merci. I will now hand the call back over to Mr. Barrenechea for closing remarks.

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Très bon. Thank you, and thank you for joining us today. We're thrilled with our progress. And as we look out over the next few years, in the next five to seven years, we believe we can double the company again. We've doubled over the last seven years, we think we can double over the next five to seven. And we've also pivoted to organic growth and organic growth is here to stay. And we look forward to seeing you at our upcoming conferences at Oppenheimer, BMO, Deutsche, Citi and Jefferies. We have a big engagement plan for the coming weeks ahead. And we look forward to you attending our AGM as well. I'll be in person in Waterloo, if you're in the neighborhood. Thanks for joining today, and that concludes today's call.

Operator

[Operator Closing Remarks]

Duration: 63 minutes

Call participants:

Harry E. Blount

--

Senior Vice President, Global Head Of Investor Relations

Mark J. Barrenechea

--

Vice Chair, Chief Executive Officer And Chief Technology Officer

Madhu Ranganathan

--

Executive Vice President, Chief Financial Officer

Thanos Moschopoulos

--

BMO Capital Markets -- Analyst

Stephanie Price

--

CIBC -- Analyst

Paul Steep

--

Scotia Capital -- Analyst

Richard Tse

--

National Bank Financial -- Analyst

Paul Treiber

--

RBC Capital Markets -- Analyst

More OTEX analysis

All earnings call transcripts