• La technologie
  • Équipement électrique
  • Autres
  • industrie-des-matériaux
  • Politique de confidentialité
  • À propos de nous
  • Nous contacter
Emplacement: Accueil / La technologie / Scott Morrison WeChat: Un nouveau propriétaire stupéfait condamné à «personne célibataire» en Chine

Scott Morrison WeChat: Un nouveau propriétaire stupéfait condamné à «personne célibataire» en Chine

Plateforme de services à guichet unique |
172

Le nouveau propriétaire du compte WeChat de Scott Morrison a exprimé l'incrédulité qu'il avait été confié à un individu en Chine - et envisage maintenant de le fermer au milieu d'une tempête politique croissante.

Plus tôt ce mois-ci, les abonnés au profil officiel de WeChat du Premier ministre australien ont été informés que le compte avait été vendu au Fuzhou 985 Information Technology Co Ltd et avait été renommé «Nouvelle vie chinoise australienne».

Les nouveaux propriétaires du compte n'ont pas encore publié de contenu, malgré les affirmations d'un tabloïd de News Corp selon lequel il avait été «renommé en tant que tenue de propagande pro-Beijing».

Certains membres du Parti libéral de Morrison appellent maintenant les politiciens australiens à boycotter Wechat, invoquant des inquiétudes concernant les interférences étrangères potentielles.La plate-forme a été utilisée par les deux grands partis politiques australiens pour se connecter avec la communauté chinoise-Australienne.

Huang Aipeng, le représentant légal de la société de développement de logiciels de Fuzhou, a déclaré à Guardian Australia qu'il avait appris lundi que le compte appartenait à Morrison.

"Quand on m'a dit pour la première fois que ce récit appartenait à Morrison, je ne le croyais pas du tout", a-t-il déclaré mardi."Comment un grand chef d'État aurait-il pu remettre son compte WeChat à une seule personne pour gérer?"

Huang a catégoriquement nié toute allégation d'ingérence étrangère."Je n'ai absolument aucun contact ici avec aucun type de corps lié au gouvernement", a-t-il déclaré.

Huang a déclaré qu'il avait acheté le compte pour son entreprise en tant que transaction commerciale officielle conformément aux règles de migration de la plate-forme de WeChat.Il l'a acheté directement à une connaissance du nom de famille Ji, qui n'a pas pu être contacté.

Huang a déclaré qu'il avait acheté le compte parce qu'il avait un nombre élevé d'adeptes et avait l'intention de fournir aux Chinois-Australiens des «informations de style de vie pratiques».

Huang ne révélerait pas combien il a payé pour le compte, mais a déclaré que le transfert avait été finalisé en janvier.

Scott Morrison WeChat: new owner amazed account entrusted to ‘single person’ in China

Il n'y a eu aucun poste sur l'ancien compte de Morrison depuis le 9 juillet, lorsque le Premier ministre a répondu à l'annonce de verrouillage NSW en faisant la promotion du paiement d'une catastrophe de 500 $.

Fuzhou 985 Information Technology Co Ltd a été fondée en 2015.Un site Web répertorié avec un nom similaire, qui se décrit comme une «plate-forme de paris faisant autorité» pour les sports et les jeux en direct, n'était pas associé à l'entreprise, a déclaré Huang.

"Je n'ai jamais imaginé que ce compte aurait quoi que ce soit à voir avec le gouvernement australien", a-t-il déclaré.

«Maintenant que je comprends la situation, je pourrais arrêter le compte."

Le ministre australien de la Défense, Peter Dutton, a directement accusé le gouvernement chinois de participer à la prise de contrôle du compte de Morrison.

“The fact that a leader of a democratic country can’t have an uninterrupted presence on a major media platform, social media platform, I think says a lot about the approach of the Chinese government and it’s unacceptable," Dutton said on Tuesday.

Dutton said Australia wanted a “peaceful, pleasant relationship" with the Chinese government, but added: “I’m not going to ignore the attributes of the Communist regime, which is involved in dissemination of disinformation and ultimately, in this case, interfering with the prime minister’s WeChat account."

Les commentaires sont venus un jour après qu'un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré: «L'accusation d'ingérence de la Chine n'est rien d'autre que du dénigrement et un frottis non fondés."

WeChat’s owner, the Chinese tech giant Tencent, said there was “no evidence of any hacking or third-party intrusion" of Morrison’s account, and it “appears to be a dispute over account ownership".

“The account in question was originally registered by a PRC [People’s Republic of China] individual and was subsequently transferred to its current operator, a technology services company – and it will be handled in accordance with our platform rules," Tencent said.

Analysts say “subscription accounts" on WeChat require registration by a Chinese national.

An alternative option is a “service account", which does not require a Chinese national third-party to register, but it may be less attractive to politicians because it allows fewer “push-notification-enabled articles", according to Fergus Ryan, a senior analyst at the Australian Strategic Policy Institute.

Ryan on Tuesday cited records indicating the WeChat account of the Labor leader, Anthony Albanese, was also linked to a Chinese national, which could place him “in exactly the same boat that Scott Morrison is in".

“That means that the woman from Jiangsu province who appears to be linked to Anthony Albanese’s WeChat account could at any time be pressured, be persuaded or decide on her own accord to shut down or sell the account, and that situation is untenable," Ryan said in an interview.

«J'espère que le travail et les partis libéraux conviennent de boycotter WeChat."

A Lowy Institute survey of 1,040 adults in Australia who self-identify as of Chinese heritage conducted found two-thirds of those polled used WeChat either “often" or “sometimes" to read Chinese-language news.Cette recherche a été menée en novembre 2020.

Ryan said it was in the interests of Australian democracy that, as much as possible, the political discussion with citizens “doesn’t go through that prism of the Chinese censorship apparatus" because that would “skew the discourse".

“WeChat certainly is an important tool for Chinese Australians to stay in contact with family and friends in the PRC, but it is essentially an extension of the Great Firewall outside of China," Ryan said.

«Les gens en dehors de la Chine utilisant WeChat sont essentiellement dans une bulle très censurée et fortement surveillée."

Guardian Australia a demandé au bureau de Morrison s'il avait déjà tenté de garantir un compte WeChat sans qu'un ressortissant chinois soit un intermédiaire.

Un porte-parole du Premier ministre a déclaré: «Cette option n'a pas été mise à notre disposition malgré le fait que Tencent ait été demandé et prévu en 2020, le compte a été géré au nom du Premier ministre."

Albanese a déclaré lundi qu'il serait heureux de parler directement avec Morrison de tout problème de sécurité potentiel.

In December 2020, Morrison brushed off a decision by WeChat to censor his post complaining that the dispute over a Chinese official’s “post of a false image of an Australian soldier does not diminish our respect for and appreciation of our Chinese Australian community or indeed our friendship with the people of China".