• La technologie
  • Équipement électrique
  • Autres
  • industrie-des-matériaux
  • Politique de confidentialité
  • À propos de nous
  • Nous contacter
Emplacement: Accueil / La technologie / La technologie ne gâche pas des vies, c'est le travail du gouvernement

La technologie ne gâche pas des vies, c'est le travail du gouvernement

Plateforme de services à guichet unique |
107

Alors que certains froncent les sourcils sur la technologie comme diminuant notre qualité de vie, ce sont nos dirigeants politiques qui nous ont vraiment mal orientés, écrit Paul Budde.

Nous vivons dans des temps turbulents.Il se passe tellement de choses, avec beaucoup de gens se sentant submergés et perdus.L'une des raisons pour lesquelles nous avons ces problèmes est la technologie.

Je dirais contre cela.Dans toute réalité, la technologie est un outil que nous pouvons utiliser et oui, nous savons tous que nous pouvons l'utiliser pour de mauvaises raisons (les voitures tuent des gens, des bombes atomiques, des robots tueurs, une guerre chimique et biologique, etc.).Cependant, nous avons appris à vivre avec elle et en général, le résultat de la science, de l'innovation et de la technologie a été positif.

Regardez les progrès des soins de santé, de l'éducation et de l'agriculture.De plus, les gens aiment leurs smartphones, Internet, les applications et les gadgets car ceux-ci améliorent leur vie.L'intelligence artificielle et les robots peuvent tous être utilisés pour le mieux.Bien sûr, certaines personnes deviennent dépendantes ou l'utilisent pour de mauvaises raisons, cependant, la plupart d'entre eux ne le font pas.

To improve mental health systems we must connect with their users

Si nous voulons comprendre comment combler les lacunes dans les systèmes de santé mentale en Australie, nos dirigeants nationaux doivent écouter plus attentivement ceux qui ont une expérience vécue.

Donc, si la technologie n'est pas un problème, pourquoi tant de gens se sentent-ils perdus?Du côté matériel, nous pourrions affirmer que nous ne l'avons jamais eu mieux.Surtout si vous comparez cela avec nos grands-parents et les générations qui les saisissent.

À mon avis, le problème est émotionnel et non physique.Physiquement, nous sommes mieux mais mentalement, nous semblons avoir des problèmes avec le fonctionnement de la société.

La complexité de nos vies et de notre monde est tout simplement trop grande pour comprendre pour la plupart des gens du monde occidental.Je pense que le reste du monde est encore trop occupé avec le côté «physique».Le problème mental - au moins à ce niveau - est principalement un problème occidental.

Ce manque de force mentale est également très clair dans notre leadership - ils ne semblent pas non plus pouvoir conduire les gens dans une meilleure direction.Au lieu de cela, ils reviennent constamment à la polarisation politique et au populisme.Cela ajoute à la confusion et à l'anxiété, les gens se sentent perdus et deviennent des cibles faciles pour les fausses nouvelles, les complots, etc..

Technology isn’t ruining lives, that’s the Government’s job

Depuis que les humains existent, ils ont eu des dirigeants, qu'ils soient tribaux, communautaires ou nationaux.Dans toute réalité, peut-être que 10% sont des leaders (si cela), le reste d'une manière ou d'une autre les suit.Même après le soulèvement ou la rébellion populaire, nous nous retrouvons avec pas plus de 10% des (nouveaux) leaders.Je ne pense pas que cela ait changé.

Les bons ou les mauvais leaders ont des récits et sur la base de cela, le reste de la population suit généralement, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire.Ainsi, alors que les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont créés par nous, avec de bons leaders et de bons récits, les «nous» suivront.Je dirais qu'au moins un de nos problèmes actuels est le manque de bon leadership.

Telehealth would improve Australia's mental health statistics

Une enquête réalisée par des professionnels de la santé a montré que les Australiens seraient plus susceptibles d'utiliser un soutien en santé mentale s'ils sont proposés via la télésanté.

Je sais que je suis sur la glace mince car les gens diront: «Définissez le bien».Mais dans un contexte démocratique, la plupart des gens seront intuitivement en mesure de porter de tels jugements.Ceci est différent dans les sociétés totalitaires et autocratiques, où il n'y a pas l'ouverture et la transparence nécessaires pour prendre des décisions éclairées.

Prendre le changement climatique.Facilement 80% des gens voient cela et veulent faire quelque chose, mais de nombreux gouvernements ne parviennent pas à de bons et forts récits pour nous conduire dans la bonne direction.Une raison clé, par conséquent, est que dans toute réalité, leur problème est la protection des intérêts acquis basés sur les structures capitalistes et néolibéralisme.

Bien sûr, nous devons équilibrer ces problèmes, mais en raison de la polarisation, la plupart des dirigeants ne parviennent pas à fournir une vision à plus long terme et plus centraliste sur la meilleure façon de le faire.

Sur le récit, cela est maintenant largement entre les mains des médias et bien que les «méchants» se concentrent sur les réseaux sociaux, je crois que les médias traditionnels - en particulier la télévision - ont encore un impact beaucoup plus important.La plupart des médias commerciaux s'appuient sur la vente de mauvaises nouvelles (encore une fois un problème capitaliste, car ils veulent augmenter leurs bénéfices) et il n'y a pas un contre-récit assez fort du leadership politique.Les bons leaders pourraient produire de bons récits que les gens soutiendraient et qui à leur tour tempéreraient le récit des médias négatifs.

Ce serait aussi bien si nous voyions plus d'activisme de nos jeunes.Ils étaient dans les années 1960 et 1970 une force motrice entre bon nombre des changements qui se sont produits pendant cette période.Nous avons besoin de plus de Greta Thunberg pour secouer nos sociétés.

Technology changing human nature must be treated with caution

Une extrême prudence doit être prise lorsque les humains expérimentent la technologie transhumane et posthume, écrit Paul Budde.

On pourrait faire valoir que les jeunes ont été les véritables victimes de la pandémie covide-19, les privant jusqu'à présent deux ans de la période très précieuse d'être jeune.Nous en avons besoin pour forcer les changements à une société qui semble parfois être endormie ou a été dominée par les intérêts personnels des baby-boomers.

À mon avis, il est totalement irréaliste de s'attendre à ce que la majorité - la population plus installée - prenne les devants ou même pour en faire partie.Ils ne sont tout simplement pas des leaders mais des adeptes.Bons, intelligents et responsables adeptes, mais les followers néanmoins.Si de bons dirigeants avec de bons récits peuvent persuader les 80%, nous gagnerons la bataille.Sinon, nous finirons dans une sorte de crise et il sera long de récupérer.

Je suis convaincu que avec la démocratie, le bon leadership et le bon activisme, nous pouvons utiliser les outils technologiques que nous avons actuellement pour une influence très positive sur l'avenir que nous sommes confrontés.Je trouve frustrant que nous ayons les outils qui pourraient aider les bons leaders qui ont une très bonne compréhension des complexités pour les utiliser pour relever les défis à venir sur eux.

Nous avons des millions de personnes dans nos industries technologiques qui peuvent créer, développer et utiliser ces outils.Nous avons besoin que le leadership trouve des récits nouveaux et meilleurs et concentrer cette force positive sur les défis à venir.

Paul Budde est une chroniqueuse indépendante et directrice générale de Paul Budde Consulting, une organisation indépendante de recherche et de conseil en télécommunications et de conseil.Vous pouvez suivre Paul sur Twitter @paulbudde.

Articles Liés

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Australia License

Soutenir le journalisme indépendant souscrit à IA.

POLITICS DEMOCRACY MEDIA TECHNOLOGY COMMUNITY
INFORMATION TECHNOLOGY artificial intelligence AI internet social media #Auspol climate crisis Morrison Government Scott Morrison Liberal Party