• Technologie
  • Équipement électrique
  • Industrie des matériaux
  • La vie numérique
  • politique de confidentialité
  • Ô nom
Emplacement: Accueil / Technologie / Les experts du Comité des droits de l'enfant félicitent le Canada pour la Commission d'audience de vérité et réconciliation pour les enfants autochtones, posent des questions sur les enfants devant les tribunaux et le « principe de Jordan »

Les experts du Comité des droits de l'enfant félicitent le Canada pour la Commission d'audience de vérité et réconciliation pour les enfants autochtones, posent des questions sur les enfants devant les tribunaux et le « principe de Jordan »

Plateforme de services à guichet unique |
1134

Le Comité des droits de l'enfant a conclu aujourd'hui son examen des cinquième et sixième rapports périodiques combinés du Canada, les experts du Comité félicitant le Canada pour la Commission d'audience de vérité et réconciliation pour les enfants autochtones et soulevant des questions sur les enfants dans tribunal et le « principe de Jordan » sur les services de soutien aux enfants des Premières nations.

Un expert du Comité a déclaré que certaines des réponses de la délégation étaient particulièrement alarmantes et encourageantes, en particulier en ce qui concerne la Commission d'audience de vérité et réconciliation pour les enfants autochtones.

Un autre expert du Comité a demandé pourquoi les enfants devaient aller au tribunal pour témoigner et être contre-interrogés ? Pourquoi les processus judiciaires n'étaient-ils pas inclus dans les centres de défense des enfants et des jeunes ? expérience de témoignage devant les tribunaux.

Ann Marie Skelton, experte du comité et coordonnatrice du groupe de travail national pour le Canada, a déclaré que le Canada avait déposé un examen du « principe de Jordan », un principe utilisé dans la législation relative à la disponibilité des services de soutien pour les enfants des Premières Nations. les conclusions de cet examen? Comment le gouvernement fédéral travaillait-il pour s'assurer que les services de soutien aux enfants étaient disponibles dans toutes les provinces?

Répondant aux questions, la délégation a déclaré que le Canada avait des dispositions sur les témoignages dans son Code pénal qui permettaient aux victimes de fournir des témoignages en dehors des tribunaux et sous forme de dessins. Les centres de défense des enfants ont fourni des réponses coordonnées aux cas de maltraitance d'enfants. Ces centres réduit le traumatisme des enfants en minimisant les questions posées aux victimes.

Le « principe de Jordan » était un principe basé sur la demande qui fournissait un financement aux enfants des Premières Nations résidant au Canada. Le gouvernement du Canada travaillait avec les parties des Premières Nations pour conclure des accords de règlement définitifs dès que possible. enfants qui avaient été retirés de leur foyer par le gouvernement. Ces accords visaient à tracer la voie du renouvellement du « principe de Jordan », afin qu'aucun enfant des Premières Nations ne soit à nouveau confronté à un obstacle aux services essentiels.

Présentant le rapport, Leslie Norton, représentante permanente du Canada auprès de l'Office des Nations Unies à Genève, a déclaré que le Canada avait pris des mesures concrètes pour améliorer la vie des enfants et faire progresser davantage les droits des enfants. Allocation pour apporter un soutien aux familles à faible revenu; l'établissement d'un cadre d'apprentissage et de garde des jeunes enfants à l'échelle du Canada; des investissements dans l'éducation et d'autres services pour les enfants autochtones ; et des mesures pour atténuer les impacts de la pandémie de COVID-19. Canada.

Dans ses remarques finales, Mme Skelton a déclaré que le dialogue avait été intense et qu'il avait couvert un terrain immense. Le Comité avait entendu parler de lois conçues pour protéger l'enfant, ainsi que d'exemples pratiques. Skelton a remercié la délégation pour le dialogue constructif.

Candice St. Aubin, vice-présidente, Agence de la santé publique du Canada, a remercié les membres du Comité pour leurs questions approfondies et réfléchies. Au cours du dialogue, la délégation s'est efforcée de souligner les changements clés qui ont eu lieu au Canada dans le domaine des droits de l'enfant. St. Aubin a déclaré que le Canada considérait la Convention comme un point d'ancrage pour l'amélioration des droits des enfants dans tout le pays, aux niveaux fédéral, territorial et provincial.

Mikiko Otani, présidente du comité, a déclaré que le dialogue était difficile en raison de la contrainte de temps de quatre heures. Otani a remercié la délégation du Canada et a dit qu'elle espérait que le dialogue aiderait l'État à mettre en œuvre la Convention dans tout le pays.

La délégation du Canada était composée de représentants du ministère de la Justice ; l'Agence de la santé publique du Canada; Santé Canada; Emploi et Développement social; Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord, Affaires mondiales, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté; Services autochtones; La sécurité publique; Statistiques; Patrimoine; et la Mission permanente du Canada auprès de l'Office des Nations Unies à Genève. La délégation était également composée de représentants des provinces et territoires du Canada, y compris du ministère de la Justice; le ministère des Relations internationales et de la Francophonie ; et le ministère de la Justice et le procureur général.

Le Comité publiera ses observations finales sur le rapport du Canada à la fin de sa quatre-vingt-dixième session, le 3 juin. Ces observations, ainsi que d'autres documents relatifs aux travaux du Comité, y compris les rapports soumis par les États parties, seront disponibles sur le < strong>page Web de la session. Les résumés des réunions publiques du Comité sont disponibles ici, tandis que les diffusions Web des réunions publiques peuvent être consultées ici.

Le Comité se réunira ensuite en public le jeudi 19 mai à 9 heures pour conclure l'examen des deuxième à quatrième rapports périodiques combinés de Kiribati (CRC/C/KIR/2-4) .

Signaler

Le Comité est saisi des cinquième et sixième rapports périodiques combinés du Canada (CRC/C/CAN/5-6).

Présentation du rapport

LESLIE NORTON, Représentante permanente du Canada auprès de l'Office des Nations Unies à Genève, a déclaré que la délégation était heureuse de discuter de la mise en œuvre par le Canada de la Convention relative aux droits de l'enfant.Au cours de la période considérée, le Canada a pris des mesures concrètes pour améliorer la vie des enfants et pour faire avancer davantage les droits des enfants. Ces mesures comprenaient la création de l'Allocation canadienne pour enfants pour soutenir les familles à faible revenu; l'établissement d'un cadre d'apprentissage et de garde des jeunes enfants à l'échelle du Canada; des investissements dans l'éducation et d'autres services pour les enfants autochtones ; et des mesures pour atténuer les impacts de la pandémie de COVID-19.

Le Canada était un État fédéral, où le pouvoir de mettre en œuvre les droits de l'enfant était constitutionnellement divisé entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. Les gouvernements provinciaux et territoriaux ont été chargés de trouver des solutions locales aux préoccupations locales, en collaboration avec les enfants et les jeunes, la société civile et les représentants autochtones.

Il restait du travail à faire pour s'assurer que tous les enfants au Canada puissent jouir pleinement et équitablement de leurs droits. Le Canada avait consulté les parties prenantes et les titulaires de droits dans les semaines précédant le dialogue et continuerait de le faire dans les semaines suivantes pour donner suite aux observations finales du Comité. L'État continuerait de travailler avec ces groupes pour améliorer la vie de tous les enfants au Canada.

Questions des experts du comité

Un expert du Comité s'est enquis des progrès réalisés concernant les discussions relatives à la réserve du Canada à la Convention. Le Canada a-t-il discuté de la possibilité d'approuver les Protocoles facultatifs ?

Une loi a été adoptée énonçant les droits des peuples autochtones.Le Canada a également pris plusieurs engagements liés à la mise en œuvre de la Convention.La délégation pourrait-elle fournir plus d'informations sur les actions du comité intergouvernemental chargé de la mise en œuvre de la Convention, et ressources dont il disposait ?

L'expert a déclaré que des efforts avaient été faits pour augmenter les données sur les enfants, mais qu'un système de collecte de données sur les enfants n'avait pas été mis en place. Était-il prévu de le faire ?

Il n'y avait pas de médiateur au niveau fédéral, bien qu'il y ait des médiateurs au niveau régional. L'État partie envisagerait-il de créer un médiateur au niveau fédéral pour s'occuper des droits de l'enfant ? Que fait-on pour assurer une plus grande sensibilisation aux droits de l'enfant ?

Une grande proportion d'enfants vivaient dans la pauvreté au Canada, et les migrants et les peuples autochtones étaient touchés de manière disproportionnée par la pauvreté. Que faisait-on pour mettre fin à ces inégalités ?

Le Canada avait annoncé qu'il avait créé un ombudsman des affaires, mais cet ombudsman semblait se concentrer sur la surveillance des entreprises à l'étranger. Cet ombudsman surveillait-il également les activités commerciales nationales, en particulier celles concernant les enfants ?

ANN MARIE SKELTON, experte du comité et coordonnatrice du groupe de travail national pour le Canada, s'est dite préoccupée par le nombre élevé de naissances non enregistrées, en particulier dans les régions comptant un grand nombre d'autochtones. Était-ce un problème historique ou actuel ? Que faisait-on ? pour augmenter le nombre d'autochtones enregistrés à la naissance ? Le service permettant aux autochtones de récupérer leurs noms autochtones est-il utilisé ? Les grands-parents ont-ils le droit de transmettre leur statut d'autochtone à leurs petits-enfants ?

Il n'y avait pas de cadre juridique spécifique pour déterminer l'apatridie. Existe-t-il un plan pour élaborer une législation spécifique définissant l'apatridie ?

Un autre expert du Comité a déclaré que la législation canadienne autorisait le recours à la force pour punir un enfant. L'expert a demandé l'abrogation de cette législation et l'interdiction de toute forme de châtiment corporel. Quelles mesures le gouvernement a-t-il prises à cet égard ?

L'expert s'est dit préoccupé par le fait que le système de protection de l'enfance ne protège pas les femmes et les enfants contre la violence. Le gouvernement a mis en place un processus d'évaluation de la législation fondé sur le genre. Ce processus a-t-il été utilisé pour évaluer la législation sur la violence à l'égard des enfants ?

La violence à l'égard des enfants variait considérablement d'une région à l'autre. Le gouvernement avait-il identifié les groupes d'enfants les plus à risque et renforcé sa réponse contre la maltraitance des enfants ? L'expert s'est félicité de l'expansion des centres de défense des enfants et des jeunes. Pourquoi les enfants doivent aller au tribunal pour témoigner et être contre-interrogés ? Pourquoi les procédures judiciaires n'ont-elles pas été incluses dans ces centres de défense des droits ? les témoignages enregistrés sur vidéo ne pouvaient pas être utilisés à la place des témoignages judiciaires pour les enfants victimes.

La législation canadienne autorise le traitement médical et chirurgical des enfants intersexués. Que fait l'État pour protéger les enfants intersexués contre la chirurgie irréversible ?

Le Canada a connu une sombre histoire d'institutionnalisation.Comment le gouvernement a-t-il promu la prise en charge alternative et s'est-il assuré que tous les enfants étaient traités de manière égale en matière de prise en charge alternative ?Comment l'intérêt supérieur de l'enfant a-t-il été déterminé dans les décisions de garde ?Les enfants ne devraient pas être placés à l'extérieur de la famille sauf en dernier recours. Comment les mécanismes de suivi et les mécanismes de plainte sont-ils assurés ?

Combien d'enfants dont les parents étaient incarcérés vivaient au Canada ? Comment l'État a-t-il garanti les droits de ces enfants ?

Réponses de la délégation

La délégation a déclaré que le groupe de travail interministériel sur les lois et politiques relatives aux enfants encourageait la collaboration et la mise en œuvre de mesures concernant les droits de l'enfant. Il s'agissait d'un groupe de travail et n'avait pas le pouvoir d'exiger des ministères qu'ils prennent des mesures spécifiques. il y a eu des appels de la société civile pour renforcer le mandat du groupe de travail, et le Gouvernement a pris ces appels au sérieux. Il s'emploie à renforcer sa collaboration avec la société civile à cet égard.

Le Canada partage la préoccupation du Comité concernant les jeunes détenus dans des établissements pour adultes et a modifié sa législation pour interdire que des enfants soient détenus dans des centres de détention pour adultes. étaient accessibles dans la région, ou si la sécurité de l'enfant avait été menacée dans un centre de détention pour mineurs.

Le Canada continuerait de discuter de sa réserve à la Convention.

La question de savoir si l'article 43 du Code pénal devait être abrogé était controversée. Une décision de la Cour suprême de 2004 avait stipulé que la loi ne devait autoriser que les châtiments corporels qui n'étaient pas sévères et avait interdit les châtiments corporels dans les écoles.

Le Canada avait des dispositions sur les témoignages dans son Code criminel qui permettaient aux victimes de fournir des témoignages en dehors des tribunaux et sous forme de dessins. Les centres de défense des enfants ont fourni des réponses coordonnées aux cas de maltraitance d'enfants. Des installations séparées sont prévues pour les enfants au sein des tribunaux et le témoignage vidéo est la règle plutôt que l'exception.

Le gouvernement fédéral, ainsi que les gouvernements provinciaux et locaux, ont pris des mesures pour mettre en œuvre les recommandations du Comité. Un forum des ministres des droits de l'homme a été officialisé en 2020, et les gouvernements provinciaux ont activement promu et sensibilisé à la Convention. .

Les gouvernements se sont engagés à protéger les droits de l'enfant par le biais de lois, de politiques et d'autres initiatives. La plupart des territoires ont mis en place des médiateurs indépendants pour les enfants. Ces médiateurs ont fait des recommandations aux gouvernements respectifs. Un membre du gouvernement fédéral a été chargé de réduire la pauvreté et de coordonner efforts déployés par les gouvernements provinciaux et territoriaux à cette fin. Les gouvernements à tous les niveaux allouent des ressources importantes à la promotion des droits de l'enfant. Le taux de pauvreté des enfants est passé de 16 % à 4 % ces dernières années. Le Gouvernement continuera d'investir dans réduction de la pauvreté des enfants.

Le Canada investit dans l'amélioration des statistiques sur la collecte de données, en particulier sur la santé et le bien-être des enfants handicapés et des enfants autochtones. Un recensement des enfants est en cours. Des données sur les abus en ligne contre les enfants sont disponibles. l'amélioration des normes de données, et des recherches étaient en cours pour assurer la pertinence des données.

Le Canada n'envisageait pas de ratifier le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant établissant une procédure de communication pour le moment. La ratification nécessitait de vastes consultations et des ressources financières, et le Canada envisageait actuellement de ratifier d'autres conventions internationales.

Le médiateur des entreprises a également surveillé les activités commerciales nationales qui affectaient les enfants.

Le gouvernement du Québec travaillait pour protéger les enfants contre la cybercriminalité. Il y avait une loi établissant l'intérêt supérieur de l'enfant.

La Commission de vérité et réconciliation a demandé la création du Conseil national de réconciliation, qui mettra en œuvre les appels à l'action de la Commission. Le gouvernement du Canada a lancé un plan d'action national pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles autochtones. plan axé sur le bien-être, la sûreté et la sécurité humaines.

Le gouvernement s'est engagé à travailler avec les communautés pour réformer le mécanisme de financement des Premières Nations afin de réduire la discrimination et de garantir que les enfants autochtones aient accès aux services de l'État.Le Canada a triplé le financement des programmes de soutien aux groupes autochtones.Les besoins et les préférences des enfants ont été pris en compte pris en compte lors de la détermination de l'intérêt supérieur de l'enfant. Le placement des enfants donne la priorité à la famille et à la communauté.

Le gouvernement a reconnu que les versions précédentes de la loi sur les Indiens étaient discriminatoires à l'encontre de l'enregistrement des femmes autochtones. Le gouvernement continuait de consulter les groupes autochtones pour réformer les processus d'enregistrement afin qu'ils puissent être effectués uniquement par les communautés autochtones.

Le gouvernement reste déterminé à soutenir les parents incarcérés, notamment par le biais de programmes non résidentiels de prise en charge des enfants. Si les familles n'étaient pas en mesure de se rendre en personne, les visites par vidéo étaient autorisées. Les mères et les enfants étaient maintenus ensemble le cas échéant, et une attention particulière était accordée a été faite pour les mères indigènes. Les mères étaient autorisées à avoir des enfants avec elles en tout temps jusqu'à l'âge de cinq ans.

La Loi sur la citoyenneté accordait la citoyenneté aux enfants apatrides qui résidaient au Canada depuis trois ans.Le Canada s'était engagé à lutter contre l'apatridie.Les personnes pouvaient demander l'asile si elles avaient été persécutées.Le Canada appuyait le travail des Campagne « J'appartiens » du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, qui visait à mettre fin à l'apatridie d'ici 2024.

Les enfants canadiens pouvaient accéder à des informations sur les droits de l'homme via une plateforme en ligne. Les commissions régionales des droits de l'homme ont publié des informations sur les droits de l'homme, y compris les droits des enfants.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse se préparait à recueillir des données fondées sur la race pour améliorer l'équité dans les soins de santé. La fourniture de données sur la race serait facultative et serait utilisée pour améliorer les politiques favorisant l'équité.

Le gouvernement fédéral a analysé les risques pour les enfants en vue d'améliorer la législation protégeant les enfants.

Les parents peuvent actuellement consentir à une chirurgie corrective pour les enfants intersexués. Toutefois, le Gouvernement envisage d'introduire une législation pour empêcher les enfants de subir une chirurgie corrective irréversible sans exception.

Questions des experts du comité

Un expert du Comité a demandé comment une décision de la Cour suprême de 2004 avait une incidence sur la législation sur les châtiments corporels. Pourquoi le gouvernement n'était-il pas disposé à interdire les châtiments corporels ?

Le Canada avait-il envisagé d'introduire des principes de procédure régulière dans les centres de défense des droits des enfants, afin que les enfants puissent terminer leur participation aux procédures judiciaires dès que possible et se concentrer sur la guérison ?

ANN MARIE SKELTON, experte du comité et coordonnatrice du groupe de travail national pour le Canada, a déclaré que le Canada avait déposé un examen du « principe de Jordan », un principe utilisé dans la législation relative à la disponibilité des services de soutien pour les enfants des Premières Nations. les conclusions de cet examen? Comment le gouvernement fédéral travaillait-il pour s'assurer que les services de soutien aux enfants étaient disponibles dans toutes les provinces?

Le COVID-19 a-t-il eu un impact sur la santé mentale des adolescents, et qu'a-t-on fait pour y remédier ?

Experts du Comité des droits des the Child Commend Canada on the Truth and Reconciliation Hearing Commission for Indigenous Children, Ask Questions about Children in Court and “Jordan's Principle”